[Re]crée ton musée

Découvre l’architecture du Musée de la civilisation à Québec

Explorer l’architecture du Musée de la civilisation à Québec, la comprendre, la réinventer et la partager. L’explorer dans un parcours extérieur et intérieur. La comprendre par des informations multimédias. La réinventer dans un jeu de blocs interactifs. Partager ses constructions originales sur les réseaux sociaux ainsi que dans une projection sur la façade du Musée, le soir venu. [Enfin presque]

IMG_03901. Suis le parcours

  • Télécharger l’application / site Web http://museomix2013.herokuapp.com/
  • Créer un profil au besoin (Dans notre cas, on a éliminé cette étape, puisqu’on n’a pas fait 4 et 5)

2. Cueille des informations pour obtenir des pièces à construire

  • Parcourir le Musée (extérieur et intérieur)
  • Trouver les bornes/vignettes identifiées à chaque étape du parcours
  • Entrer dans la page d’information
  • Écouter ou lire la narration, lire les informations supplémentaires
  • Trouver un indice pour les prochaines pièces à trouver à l’aide d’une réponse simple à la question posée

IMG_03843. [Re]crée ton musée virtuel

  • Retourner à la borne de départ / kiosque dans hall (Les pièces sont modélisées en 3D afin que le visiteur se réapproprie l’architecture)
  • Manipuler les pièces modélisées  (là où on s’est rendu dans le prototype), dans un monde idéal les transformer, voire les déformer
  • Jouer avec les différents éléments architecturaux du Musée

 LES ÉLÉMENTS QU’ON A DÛ LAISSER TOMBER :

  • Une fois satisfait, sauvegarder le modèle sur son profil et le compte du Musée

4. Partage ta création

  • Partager le modèle sur les réseaux sociaux du visiteur
  • Le soir, les différents modèles sont projetés sur la façade du Musée

5. Les passants jouent avec les créations de musées, projetées le soir

  • Une borne extérieure permet aux passants de manipuler les points de vue des créations projetées
  • Une invitation à participer à [Re]crée ton musée est projetée

Objectifs ciblés :

  • Informer visiteurs/passant sur l’architecture des différents bâtiments du Musée;
  • Rendre accessible l’information (gratuité)
  • Faire connaître le Musée tant à l’intérieur qu’à l’extérieur (en faire la promotion)
  • Rendre le visiteur acteur de sa visite (de son expérience)

Histoire de notre dispositif

IDÉE DE DÉPART

Au départ, nous avons vu beaucoup trop large pour un projet à développer en 3 jours. Notre côté visionnaire s’exprimait, mais le temps nous a vite rattrapé.(TIC TAC TIC TAC) Ce qui était important pour nous, c’était le contact que le visiteur pourrait avoir avec les différents éléments architecturaux et le fait qu’il puisse les découvrir sans avoir à payer le prix d’entrée au Musée. (Yesssss, c’est gratissss!!!)

Nous avions l’idée de permettre au visiteur de manipuler des blocs représentants quelques éléments architecturaux choisis. (C’est chouette de pouvoir toucher!) Des blocs qui pourraient s’emboîter et, à l’aide de puces à reconnaissance tactile, s’animer par une projection et/ou une narration audio afin de nous informer sur les différents éléments qu’on manipule. Toutefois, nous avons vite constaté que la base, avant de jouer avec ces éléments, était de les découvrir d’un point de vue un peu plus informationnel. (C’est du sérieux, l’architecture!) Nous avons donc dû, d’un commun accord, réorienter notre approche.

Par ailleurs, nous avons appris juste avant la première plénière que lesdites puces ne faisaient pas partie du matériel technologique disponible. (ZUT!) La bonne nouvelle : l’équipe de Simbioz nous proposait toutefois la technologie Leap Motion pour faire revivre en 3D les éléments architecturaux et les manipuler virtuellement. (Ah oui?!) Une technologie que personne de l’équipe ne connaissait, mais qui nous intéressait beaucoup. (Oh, oui!)

 

AJUSTEMENT DU CONCEPT

Pour d’abord partager du contenu aux visiteurs (Mettre de la viande autour de l’os, quoi!), nous avons eu l’idée de créer un parcours intérieur et extérieur faisant découvrir divers éléments architecturaux du Musée à l’aide d’une application ou un site web.

En parallèle, nous souhaitions développer en 3D lesdits blocs architecturaux pour permettre aux visiteurs de jouer avec eux après le parcours et d’ainsi se réapproprier les formes, maintenant qu’ils les connaissaient mieux. (Cessons d’être sérieux et amusons-nous un peu!) Nous espérions pouvoir faire en sorte que le visiteur crée lui-même son Musée en déformant les formes, en les réassociant différemment entre elles, etc. (Quand je vais au Musée, ça devient MON Musée!)

Au final, nous espérions pouvoir enregistrer les différents résultats de ce remaniement et les projeter sur l’un des murs extérieurs du Musée afin de faire une autopromotion de cette activité. En discutant, nous avons toutefois déterminé que nous devrions laisser tomber cette dernière étape par manque de temps. (Dommage!)

Pour pouvoir informer les gens, nous avons sélectionné 7 éléments architecturaux sur lesquels nous souhaitions donner de l’information. Pendant que certains s’affairaient à rassembler cette information, d’autres travaillaient sur l’aspect scénographique des différentes stations du parcours Musée, notre programmeur travaillait à notre site Web et le programmeur de Simbioz (Merci Michaël) s’amusait avec les plans 3D du Musée que nous lui avions fournis pour qu’on puisse manipuler  virtuellement les bâtiments formant le Musée. (SUPER TEAM!!!)

 

DIFFICULTÉS RENCONTRÉES ET AJUSTEMENTS FINAUX

Après avoir réalisé que le WIFI n’était pas accessible de l’extérieur du Musée, nous avons redirigé nos stations à l’intérieur, mais à des endroits stratégiques qui permettaient de voir à l’extérieur chacun des éléments retenus.

Plusieurs heures de retard dû à l ‘affluence à la découpe, nous ont fait redoubler d’efforts pour la production et l’assemblage des vignettes en plexiglass. (DE L’HUILE DE COUDE!)

Le serveur pour le site web n’utilisant pas le même langage que celui avec lequel travaillait notre programmeur, nous avons dû appeler du renfort pour se mettre à la recherche d’un autre serveur qui nous permettrait de continuer à progresser plutôt que de tout recommencer.(Fiou!)

Avec le temps dont nous disposions, la manipulation 3D n’allait permettre que de bouger les représentations des bâtiments, mais pas de les transformer. (C’est un bon début!)

 

Technologie

  • Parcours avec téléphone ou prêt de matériel; accès à Internet indispensable afin de se connecter au site avec les fiches espaces et histoires audios/
  • Développement de la technologie Leap motion pour recréer ton propre musée.

Matériel de fabrication

  • Découpe laser
  • Plexiglass
  • Découpe vinyle pour la signalétique

Logiciels utilisés

  • Sketch-up
  • Développement site Web
  • Leap Motion

Points positifs

  • Les plaques en plexiglass sont vraiment réussies, ça fait très professionnel!
  • La technologie Leap Motion bien que non finalisée a permis aux gens de bien s’amuser. Leur intérêt était manifeste.
  • La seule personne qui a fait notre parcours au complet (Comprenez que c’était long pour les gens qui voulaient voir tous les prototypes) a remis son iPad mini en disant « Très intéressant! » de façon convaincue.
  • Les narrations associées à chacun des 7 éléments architecturaux retenus ont émerveillé les visiteurs. À ce sujet, ce sont des personnages fictifs ou réels que nous avons fait vivre ou revivre pour nous raconter des témoignages transmettant les renseignements sur chacun des lieux. (FÉLICITATIONS À OLIVIER pour son interprétation!)

À améliorer

  • Le lien entre le parcours dans le Musée et les formes en 3D à manipuler n’était pas clair pour tous.
  • La manipulation 3D était difficile, car la différence de grosseur entre le cube (curseur) pour prendre et déplacer n’était pas suffisamment grande. Le visiteur avait du mal à prendre les pièces, le curseur réagissait aux mains à peine refermées.
  • Lorsqu’on donne l’indice pour la prochaine découverte sur le parcours iPad, il serait utile d’avoir une petite carte qui montre comment se rendre du point A au point B, car les visiteurs ne connaissent pas tous le Musée.

 

 

Les Déconstructeurs [l’équipe No 9] sont :

  • Claire Cousson
  • Jeanne Couture
  • Tanya Lauzière
  • Marie-France Lévesque
  • Julie Sheid
  • Dany Marcoux
  • Olivier Normand

Les commentaires (4)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *