Oeuvres en mouvement

"Tout mouvement, de quelque nature qu'il soit est créateur" Edgar Allan Poe

Installation interactive et ludique permettant de s’approprier une œuvre et de briser la distanciation grâce aux mouvements de son propre corps.

Le visiteur est amené, à travers le parcours régulier du musée, vers un espace invitant à bouger son corps pour animer une oeuvre. L’espace en question invite à l’action grâce à une signalétique au sol et à une projection quelque peu animée représentant une oeuvre statique qui semble vouloir bouger. Une fois le visiteur exposé à l’action, il est amené à se positionner aux bons endroits au sol afin que la kinect le repère. Ensuite, l’oeuvre s’anime devant lui, en fonction du mouvement de sa tête, de ses bras, de son tronc et de ses pieds. Après avoir fait interagir l’oeuvre avec leur corps, on s’attend à ce que le visiteur réplique ce comportement de bouger et interagir davantage avec l’art. Durant sa visite, il arrivera forcément devant l’oeuvre qu’il a incarnée à son arrivée au musée. Ici, on s’attend que la réflexion sur la composition de la pièce soit donc plus poussée et sentie. À la fin de l’exposition, en route vers la sortie, le visiteur a le choix d’expérimenter ou de ré-expérimenter l’installation interactive pour pousser à nouveau la réflexion sur l’oeuvre qu’il a vue lors de sa visite.

Intention / Contexte / Volonté de départ
La volonté est d’amener le visiteur à interagir en mouvements avec une oeuvre dès le début de son expérience muséale. L’objectif est qu’il prenne conscience de son potentiel d’interaction avec l’art, et ce, tout le long de sa visite. À terme, la volonté est de vivre un musée plus vivant, plus dynamique, davantage en mouvements.

Raison du choix de l’objet ou de l’espace
Peter Heyvaert focalise sur le mouvement et la dynamique amenés par les formes géométriques. Equa Tria représente rythmique intéressante à reproduire avec des mouvements humains, malgré le statisme de cette pièce.
L’idée de monter l’installation dans la rotonde est d’envoyer le message d’interaction avec les oeuvres avant même que le visiteur entre dans les salles d’exposition.

L’objectif de notre expérience interactive est de rendre le musée plus vivant, mais également ses expositions et ses oeuvres. Ainsi, dans le cadre de Muséomix, en plus de la pièce Equa Tria, nous avons considéré l’exposition de Geneviève Cadieux dans son ensemble. Son travail se concentrant sur les notions de l’entité physique, l’espace mental et l’image corporelle du corps, l’incarnation d’une pièce par le mouvement est très à propos. Mme Cadieux tente de provoquer des réactions émotionnelles et sensorielles par ses oeuvres et réflexions, ce qui est également l’objectif de notre démarche.
De plus, dans une vision plus globale, le mouvement est partie intégrante des expositions en art contemporain ainsi que de quelques oeuvres. Le mouvement c’est la mobilité, la synergie, l’évolution, le changement. Le mouvement des visiteurs dans le musée, mais également le mouvement social qu’amène un musée. De plus, le mot émotion, réaction que suscite l’art, provient de la racine latine du mot mouvement. Bref, nous croyons profondément que le mouvement est fondamental pour toute institution muséale et qu’il est vecteur d’expression pour les visiteurs.

Machines ou technologie(s) utilisées
Kinect
Projection
Utilisation de l’imprimante vinyle

Principe de fonctionnement
La kinect capte les mouvements des visiteurs et ces mouvements sont ensuite projetés au travers de l’oeuvre sur un mur du musée.

Fabrication
Liste des matériaux, outillages
Vinyle
Bois
Génie humain et huile de coudes

L’ambition est de pouvoir appliquer le concept d’Oeuvres en mouvements à toutes les oeuvres, abstraites et figuratives, pour réellement démontrer que l’ensemble des pièces du musée ont un potentiel d’appropriation, un potentiel d’interaction.

De plus, pour envoyer le message au grand public que le musée est un lieu d’appropriation par les citoyens, Oeuvres en mouvements pourrait également servir d’installation itinérante, afin de faire vivre le musée vivant, dynamique et en mouvements à l’extérieur des murs des musées.

Lisette Abadie (design d’espace et aménagement)
Carmen Bossé (interaction et usages)
Laura Caron (design d’espace et aménagement)
Julie Chaffarod (codage et développement)
Mélissa Hébert (communication)
Emma Tilquin (facilitation)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

4d4fae6bb217d685865812341ad98652\\\\