Grattophone

L'histoire des graffitis du château, voie vers la liberté pour les prisonniers.

Par un prototype mettant en relation le toucher, le visuel et l'écoute, le visiteur est immergé dans la vie d'un prisonnier de la tour.

 

Le visiteur entre dans la salle 4.

 

Le mur de graffitis s’assombrit lorsqu’il s’approche. Une maquette 3D, reproduction des graffitis en question, permet au visiteur de toucher, d’expérimenter et de s’approprier les fresques.

 

Au contact des doigts de l’utilisateur, les lumières s’activent pour dévoiler des graffitis un par un et raconter leur histoire.

Plus le visiteur gratte, dessine et fouille la reproduction des graffitis, plus la lumière et le son sont intenses. Il est alors immergé dans l’histoire des dessins et ressent ce qu’ont éprouvé les prisonniers enfermés. Il peut alors naviguer d’un graffiti à l’autre pour en découvrir le sens caché.

 

Si le visiteur enlève sa main, le son comme la lumière sont coupés. S’il s’éloigne du prototype, la pénombre laisse place à la lumière naturel de la pièce et il peut contempler les graffitis dans leur ensemble.

 

20131108_163027

 

Pour plus de photos des graffitis, c’est par ici: http://www.flickr.com/photos/108149193@N04/sets/72157637505268075/

Le but de ce prototype est de redonner de la valeur au mystère qui entoure les graffitis, dont le sens est incompris, caché.

Le visiteur est complètement immergé dans la vie d’un prisonnier de l’époque, qu’il soit prêtre réfractaire, prisonnier de guerre ou conspirateur de l’Etat. Il gratte et dessine les graffitis comme les captifs ont pu le faire. Ils entendent leur voix, leur détresse, leur intentions.

Toute une ambiance est recréée et l’utilisateur est acteur de sa visite.

 

schéma

Utilisation d’un scanner 3D directement sur le mur, puis d’une imprimante 3D, pour reproduire le graffiti sur une maquette.

Le graffiti scanné (avant) : 

 

IMG-20131109-00213

 

 

Le graffiti, une fois imprimé :

 

IMG-20131110-00251

 

 

Et voici un aperçu de ce que ça donne en vidéo!

 

 

Le même procédé est utilisé avec le graffiti représentant la tour du château.

IMG-20131110-00266

 

La maquette constituée des reproductions 3D des graffitis détectera les « grattages » grâce au son émis dans les écouteurs. Les dialogues et la lumière se déclencheront. Dès que l’utilisateur cessera de toucher la maquette, le système s’arrêtera.

Il est temps de présenter l’équipe de fou-fou qui a imaginé ce projet.

image (1)

De gauche à droite sur la photo:

Mathilde Blouet (la moustache), s’occupe de la communication. Clément Leray (tête rouge) gère la fabrication. Fred Valente (qui « essaie » de prendre un air sérieux), est notre graphiste. Ségolène Sauret (cachée dans son petit coin), mène la médiation du projet. Et enfin Eric Pichard, (qui joue à colamaya), est responsable des contenus!

Mais n’oublions pas Arnaud Waels, notre codeur-sauveur!!

20131110_011634

Les commentaires (2)

  1. didier serveille [10-11-13]:

    sympa les impressions 3D! j’ai hate de voir le resultat final!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

34ec1449360ce2e96e7f6b714422b0c4BBBBB