Court-court-métrage

pas à pas, image par image

Permettre aux visiteurs de créer un court-court-métrage d'animation s'inspirant des bases du cinéma d'animation (image par image, pas à pas). Rendre l'ordinaire extraordinaire (valoriser la créativité de l'utilisateur), rendre le complexe simple (vulgariser les bases du cinéma d'animation), rendre l'expérience individuelle collective (expérience collaborative), rendre le contemplatif participatif (le spectateur ne regarde pas seulement l'écran, il participe).

Notre boîte à images est une structure dans laquelle le visiteur peut expérimenter la technique du cinéma d’animation de l’image par image (stop motion). Il en sortira avec un extrait de film de quelques secondes, son court-court-métrage.

Étape 1 : entrée du visiteur dans la boîte à images

  • identification de la thématique du cinéma
  • proposition de plusieurs possibilités d’expérience au visiteur

Étape 2 : utilisation de la boîte à images

Le visiteur peut choisir une de ces quatre expériences :

  • « Comment ça marche ? » : un didacticiel amenant à comprendre le procédé du stop motion et l’utilisation de la boîte à images.
    Une projection au sol indique au visiteur où placer les objets pour la photo 1, le moment de prendre la photo; où déplacer les objets pour la photo 2, le moment où prendre la photo; et ainsi de suite pour les 15 images. Le film est ainsi créé.
  • « Compléter l’histoire » : une projection proposant une trame au visiteur pour créer un film de manière semi-dirigée.
    Un décor animé (ex. un ballon en mouvement) est projeté en fond, image par image. Le visiteur est invité à interagir avec lui, avec son corps ou avec des objets disponibles dans une boîte à objets.
  • « Créez votre propre histoire » : une création libre du visiteur.
    Ici le visiteur crée son propre film selon son inspiration. Il peut utiliser la boîte à objets, son corps, ses objets personnels… Les possibilités sont illimitées, exceptées le nombre d’images!
  • « Participez à l’histoire collective » : une co-création façon cadavre exquis.
    Le visiteur a la possibilité de poursuivre le film des visiteurs ayant décidé de participer à la création collective. Pour cela, il a à sa disposition la dernière image du court-court-métrage précédent.

Il a aussi la possibilité de visionner des extraits de films existants s’il manque d’inspiration ou ne sait pas très bien ou démarrer :

  • « Laissez-vous inspirer » : extraits vidéos montrant différentes techniques et différents styles utilisant le stop motion

Étape 3 : les créations

Une fois son court-court-métrage réalisé, le visiteur a la possibilité de :

  • entrer son adresse courriel afin de le recevoir et le conserver à la maison (dans le cas de la création collective, il reçoit également le lien vers la création de la journée)
  • visionner le résultat. Un deuxième écran à l’arrière du dispositif diffuse également le résultat

CourtCourtMetrage

Quelques exemples de créations du public sur ce tumblr!

Objectifs de contenu 

  • Expliquer les principes du cinéma d’animation image par image à compléter avec les deux grands principes à transmettre
  • Proposer des films d’animation de différents styles et techniques du stop motion comme sources d’inspiration
  • Faire comprendre que tout, même des objets usuels et son propre corps, peut être source d’inspiration et de création

Objectifs pour l’expérience du visiteur

  • Rendre le complexe simple : faire comprendre au visiteur deux grands principes de l’animation
  • Rendre l’ordinaire extraordinaire : utiliser des objets usuels, habituels, ou son propre corps pour créer
  • Rendre l’expérience individuelle collective : permettre au visiteur de contribuer à une œuvre collective sous la forme d’un cadavre exquis
  • Rendre le visiteur créateur : susciter un sentiment de réussite chez le visiteur qui devient créateur d’une séquence de film

 

Plusieurs idées ont été abandonnées en cours de route

  • Intégrer des objets de la collection du Musée de manière à faire vivre les autres expositions, via des impressions 3D d’artéfacts pour se les réapproprier et en détourner l’usage. Cette approche s’intégrait mal aux messages du dispositif.
  • Faire un stop-motion « à la manière de ». La mise en place s’avérait complexe et elle multipliait les messages du dispositif. Nous avons préféré concentrer le message sur la compréhension technique du stop-mention plutôt que sur les questions stylistiques. Le visiteur peut toutefois visionner quatre exemples de films existants pour s’en inspirer s’il le souhaite.
  • Projeter des fonds texturés. La projection aurait été visible sur les objets et personnes en mouvement, parasitant l’image.

 

Matériel technique (à compléter) :

  • Structure en bois de 8″x8″x8″
  • Vidéo-projecteur
  • Caméra

 

 

Le test du prototype par le public a prouvé le caractère ludique de la Boîte à images : les visiteurs se prennent au jeu.

 

Quelques éléments à signaler :

  • Les options proposées au visiteur semblent fonctionner : le didacticiel est utile lorsque les visiteurs n’ont pas vu d’autres personnes utiliser le prototype avant, ils préfèrent alors souvent choisir cette option ; le fait de pouvoir choisir de se mettre en scène ou bien d’utiliser des objets est justifié puisque les deux options ont été choisies. Il faudrait désormais tester l’option participative façon cadavre exquis.
  • Le test du prototype a confirmé la nécessité de la présence d’un médiateur, pour expliquer comment fonctionne le stop motion (en indiquant quand la photo va être prise par exemple) mais aussi pour inciter les visiteurs à utiliser le dispositif et les mettre à l’aise.
  • Les visiteurs se sentent beaucoup plus à l’aise à utiliser le dispositif et à se mettre en scène lorsqu’ils ont vu d’autres personnes le faire avant eux. Nous avons pu l’expérimenter lors d’un moment de « creux » dans le flux de visiteurs : nous avons décidé de faire notre « stop motion d’équipe museomix » à ce moment là, et après nous avoir vu faire, des visiteurs curieux mais hésitants se sont décidés à faire leur propre vidéo.
  • Les visiteurs apprécient la possibilité de voir le résultat de leur expérience à la fois au musée et chez eux, l’envoi des vidéos est donc un élément important du dispositif.

 

Certains éléments n’ont pas été réalisés ou aboutis dans le prototype présenté au public le 10 novembre :

  • La possibilité de poursuivre le film des visiteurs précédents n’a pas été proposée en raison du grand nombre de visiteurs.
  • La possibilité de visionner les vidéos à l’arrière du dispositif a été mise en place mais l’emplacement de la boîte à images et les aléas dans la signalisation n’ont pas incité les visiteurs à l’utiliser. Les techniciens du musée ont en revanche profité des sièges et des films!

Ève Dumais : Contenu
Anaïs Biernat : Médiation – @notabenenb
Nora Lamontagne : Communications – @noralmntgn
Myriam Lavoie : Fabrication
Mélissa Longpré : Graphisme
Steeven Labelle : Codage – @SteevenLabelle
Maxime Labrecque : Musée de la Civilisation

Suivez-nous sur Twitter pour les plus récentes avancées!

Les commentaires (5)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

0dbfdca48bb4d540be707bdfcf6c1b98@@@@@@@@@@@@@@