Costumix

L'habit ne fait pas le moine, mais... le costume fait-il l'Arlésienne ?

Venez découvrir et questionner les costumes d'Arles d'hier et de demain, de Cés'Arlésien à Star W'Arlésienne ! Prenez-vous en photos, puis créez votre costume à la manière d'un cadavre exquis . Et demandez-vous : suis-je mon costume ?

En exclusivité, le teaser de Costumix !

À l’aide d’une caméra, d’une console de commande tactile, d’un écran de projection et d’un panneau participatif, le visiteur est invité à questionner le rôle social du costume à Arles, depuis l’Antiquité et pour l’avenir.

Le visiteur est invité à se positionner derrière la console de commande située derrière la statue d‘Auguste, au centre du musée. Face à la webcam, il ajuste sa tête à la manière d’un photomathon et déclenche la prise photo quand il est bien positionné.

IMG_0125

 

Son visage est ensuite projeté dans le cadre entre les statues des danseuses, et vient compléter les éléments d’habillage présents à l’écran.
Le visiteur peut choisir les habits qu’il souhaite porter : issus de l’Antiquité, des costumes traditionnels, ou reflétant le passé industriel de la ville. En glissant le doigt sur l’écran, il sélectionne son haut et son bas, et modifie son choix jusqu’à satisfaction. Le résultat peut être un costume ‘complet’, comme un habit complètement discordant !
Un costume complet enclenche la lecture d’un extrait audio. Un témoignage portant sur la signification du costume, sur son rôle comme marqueur identitaire individuel et au sein d’une communauté.
Une fois satisfait du résultat, le visiteur écoute des extraits de témoignage portant sur la signification du costume à Arles, sur son rôle comme marqueur identitaire individuel et au sein d’une communauté.
anim
Il termine son expérience en contribuant à la réflexion « Comment imaginons-nous l’Arlésienne du futur ? » sur le panneau participatif. À la façon du cadavre exquis, il utilise les post-it et les feutres à sa disposition pour dessiner une tête, un torse ou un bas puis les intègre aux silhouettes déjà imaginées en piochant les composantes qu’il souhaite imaginer. Au fil de la journée, les Arlésiennes se multiplient, se font et se défond, au rythme de la fantaisie du visiteur.

Voici les arlésiennes du futur les plus extravagantes imaginées par les visiteurs du musée :

 IMG_0126
image-2
image

Costumix envisage le costume comme un liant entre le Musée départemental Arles Antique, qui réalise de nombreuses recherches sur les tenues vestimentaires antiques, et le Muséon Arlaten qui dispose d’un fond de témoignages de personnes portant le costume traditionnel arlésien. (Nous oublions trop souvent que le costume est également un élément essentiel de notre patrimoine immatériel !)

Il y a 2 000 ans, Arles fait partie du monde romain, et les coutumes vestimentaires de ses habitants respectent les codes de l’Empire. Par ses drapés, ses matières et ses couleurs, l’habit révèle le rôle social de celui qui le porte : âge, genre, condition, fortune et profession.

Depuis lors, le costume a évolué, s’est profondément modifié, mais demeure aujourd’hui encore un identificateur puissant

Si le survêtement comme le costume-cravate ou la robe de mariée sont des signes vestimentaires compris de tous, l’habit traditionnel arlésien est lui aussi porteur de sens. Ainsi, l’Arlésienne porte une coiffe ornée de rubans, un plastron en dentelle (la « chapelle »),  un châle et une longue robe en satin. Ce costume dénote traditionnellement une filiation à la région sur plusieurs générations. Le gardian, lui, protecteur de la manade des taureaux et chevaux de Camargue, porte une veste en velours noir, un pantalon doté d’un liseré sombre, une chemise à carreaux et un grand chapeau de feutre.

Mais le costume fait-il l’Arlésien ? Le cheminot des ateliers SNCF, le matador de la féria, l’habitant d’aujourd’hui et l’arrivant de demain ne sont-ils pas, eux-aussi, des acteurs de l’identité arlésienne ?

L’idée est donc de mixer les styles vestimentaires, les tissus, les costumes… mais aussi les époques !

Ces deux danseuses romaines vêtues de vêtements drapés et posées devant un cadre se prêtaient particulièrement à notre remixage…

IMG_0119

L’espace à mixer, Musée départemental Arles Antique

 

Costumix est une expérience ouverte au plus grand nombre : enfants, adultes, personnes à mobilité réduite…

La dimension visuelle du dispositif s’adresse tout particulièrement aux malentendants. Les tissus que l’on peut toucher et l’immersion sonore représentent également une expérience sensitive pour les malvoyants. Les problématiques d’accessibilité aux personnes à mobilité réduite ont été pensées durant la conception du prototype.

L’équipe de Costumix discute de ces enjeux sur le plateau TV de O2Zone avec les médiatrices du Musée Arles Antique et du Muséon Arlaten :

http://new.livestream.com/video2zone/museomix

 

banniere costumes

Les costumes détourés pour le cadavre exquis.

 

david code

David code une application multiplateforme tactile en Kivy qui permettra de présenter aux visiteurs un cadavre exquis de costume.

Les statues antiques du musée en trembleraient presque !

 

Matériels : 

– une caméra

– un ordinateur tactile « all in one »

– une application qui Kivy

– un projecteur

– un écran de projection

– une installation sonore

– un panneau participatif (support bois, post-it)

Muséomix

© Lionel Roux

Claire Stewart, Médiation

Elaine Brito, Contenus

Perrine Ollier, Communication

Rafaela, Fabrication

Pascal Lacotte, Fabrication

Nina Bayol, Graphisme

David Delon, Codage

Aurélie Coste, Référente Musée départemental Arles antique

Françoise David, Référente Muséon Arlaten

Thomas Bekkers, Facilitateur

Aurélie Labouesse, Facilitateur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *