Café Inuit

"La parole changée en pierre", Davidialuk Alusua Amittuq

En observant le comportement des clients du Café 47, nous avons constaté que peu d'entre eux s'intéressent aux oeuvres dans les vitrines. Il n'y a pas de lien entre le lieu, un espace de restauration et de repos, et les sculptures exposées illustrant la vie quotidienne et les légendes du peuple inuit. Notre proposition consiste à créer un environnement sonore et visuel, inspiré du Nunavik ; à piquer la curiosité de chacun via un jeu d'observation et des informations placées sur un napperon ; puis, à animer les sculptures lorsque les visiteurs s'approchent des vitrines. Découvrez un art et une culture dans un espace original. Créez votre collection virtuelle et échangez avec des Inuit d'aujourd'hui pour mieux les connaître.

Le scénario se décompose en trois étapes :

  1. Tout d’abord, nous allons créer un espace immersif grâce à des dispositifs à la fois visuels et sonores. Le but est de faire en sorte que le client du café ait l’impression de se retrouver dans le nord du Québec. Le lieu étant un endroit de repos, il faut que l’immersion ne perturbe pas cette mission. Les éléments de décoration comme les abats-jour des lustres, les murs et le plafond seront transformés en aurores boréales grâce à des jeux de lumière. Le mur gris  dans le fond du café représentera 1 à 3 estampes de l’artiste, qui ne peuvent être exposées pour des raisons de conservation et de luminosité. Enfin, des sons du nord (bruit du vent, de la glace qui craque) seront diffusés en fond et le restaurant aura subi une petite réorganisation des vitrines et des tables.
  2. Le but étant de déclencher l’intérêt des clients, nous avons pensé à créer un jeu déclencheur sur le napperon posé sur le plateau que les clients récupèrent lors de leur achat. Sur ce napperon, figureront une brève description de l’art inuit et de l’artiste. Un détail d’une des œuvres y sera également imprimée afin de susciter l’intérêt et de partir à sa découverte sur les sculptures exposées.
  3. Lorsque le client/visiteur se rapproche de la vitrine d’où provient le détail du napperon, l’éclairage s’allume, une vidéo démarre derrière la sculpture avec une numérisation de l’oeuvre en 3D. Cette vidéo en 3-4 séquences présentera des éléments de l’oeuvre uniquement et en lien avec le discours narratif. Ensuite, le visiteur peut animer, tourner et découvrir mieux l’image en 3D grâce à ses mains. enfin, un code QR en bas de la vitrine, lui permettra de récupérer cette image en 3D, avec  des contenus complémentaires et de collectionner cette image.

In fine, le principe de ce prototype est que le musée des civilisations l’utilise au moins une fois pour ses expositions afin de permettre à ses visiteurs de collectionner des artefacts en 3D, de pousser à l’engagement de sa communauté qui pourrait également le partager sur les réseaux sociaux.

Le dispositif a été conçu dès le départ comme du divertissement et une invitation à la découverte. Le café étant un lieu de repos et de loisirs, nous ne voulions pas créer une exposition dans ce lieu, pas vraiment approprié. Il fallait penser à faire venir l’art vers le visiteur.

Nous avons commencé par faire du repérage dans le restaurant. Nous avons voulu voir quels étaient les équipements disponibles et ce qui pouvait être réalisable. Nous avons aussi fait attention aux interactions entre les clients et les oeuvres, la valorisation de celles-ci dans les vitrines ainsi que le parcours et l’organisation de la salle.

Les idées ont ensuite fusé pour proposer des dispositifs pour enrichir l’expérience du visiteur. Nous avons ensuite hiérarchisé nos propositions afin de voir celles qui étaient réalisables à la fois dans un temps aussi court mais aussi avec les moyens et les compétences qui étaient les nôtres.

visuel_1

Matériel physique :

  • projecteurs,
  • projecteurs dynamiques,
  • 4 LED,
  • Détecteur de mouvement – LEAP motion,
  • sonorisation,
  • ampli,
  • écran HD,
  • numérisation 3D
  • tissu sombre,
  • table à roulettes,
  • iPad (pour le son),
  • panneaux cartonnés.

Code :

  • html,
  • javascript

Son :

  • bruitages de vent

Images / vidéos :

  • Images d’aurores boréales provenant de Stock Xchng (gratuites)
  • extraits de vidéos d’aurores boréales et de vent artique (source youtube – à défaut de trouver du contenu gratuit pour maquette sans watermak)

Texte :

  • Dossiers et ouvrages sur la culture et les artistes inuit fournis par Marie-Paule
  • Police inuit gratuite téléchargée sur Internet

Environnement immersif

Aurores boréales: remplacer la simulation lumineuse actuelle par une projection vidéo.

Un fichier vidéo a été produit. Nom du fichier:

Ambiance sonore générale: Diffuser un montage audio incluant des sons du vent, de la glace qui craque, et quelques aboiements de chiens.

Mise en valeur des sculptures

Éclairage: placer l’éclairage à l’intérieur des vitrines

Moniteur: produire un support intégré à la vitrine

Soyons fous! remplacer le fond de la vitrine et le moniteur par du verre électrochrome sur lequel on pourrait diffuser tous les contenus.

Boutique

Produire et mettre en vente à la boutique, des reproductions des sculptures numérisées.

Conclure une entente avec les communautés induites et la famille de l’artiste pour cette intention: droits, production, partage des revenus. Intégrer à cette réflexion les communautés et leurs musées.

Volet web

Intégrer des témoignages d’inuit, leurs commentaires sur les sculptures et légendes présentées.

PRINCIPE de la VITRINE Interactive

Reproduire et appliquer le principe de la vitrine interactive à plusieurs expositions du Musée, afin que les visiteurs puissent explorer d’autres artefacts et mieux connaître les civilisations représentées afin de constituer leur collection virtuelle.

De même, lorsque les visiteurs collectionnent un nouvel « objet virtuel », un message annonçant cette nouvelle capture pourrait s’afficher sur la page Facebook du visiteur, un peu comme l’application  » FourSquare  » qui  indique l’endroit où l’on vient de mettre les pieds.

 

Comment avez-vous choisi le projet ?

Ce projet est un véritable défi en soi : mettre en valeur une collection riche mais méconnue d’un peuple du Grand Nord québécois dans un espace dédié au repos et au repas. Beaucoup des autres projets s’orientaient vers la médiation, alors que celui-ci présente un véritable intérêt pour le contenu car c’est celui-ci qui doit être mis en avant et aller à la rencontre du visiteur, contrairement à des lieux d’exposition classiques.

Bref, ce qui nous a convaincu ici est justement de ne pas avoir à réaliser une exposition mais de démontrer que l’art est facilement accessible au public et peut susciter la curiosité dans un lieu inédit.

Quels ont été les principaux défis que vous avez rencontrés ?

La construction du projet s’est faite de façon assez simple et très rapide. Nous sommes rapidement arrivés à un consensus dans l’équipe. Nous n’avons pas eu à faire de dissensions majeures. Le fait d’avoir procédé à une évaluation de la situation actuelle nous a beaucoup aidé à construire un projet et à justifier son déroulé (dispositif immersif, jeu déclencheur avec le napperon, installation interactive). Un défi que nous avons dû régler est de trouver une solution alternative à notre vidéo-projection d’aurore boréale sur les abat-jours des lustres. Du fait du manque de disponibilité de ces outils, nous avons dû improviser avec les techniciens éclairagistes une solution lumineuse. Par conséquent, à la place d’une projection vidéo, nous avons projeté des jeux de lumières simulant une aurore boréale.

De gauche à droite :

Chantal Spillemaecker, Jérôme Baillargeon, Brigitte Belleville, Marie-Elaine Mathieu, Nathalie Racicot, Aude Mathey,Jean-Sébastien Tremblay

 

 

 

 

 

 

Les commentaires (2)

  1. Julien Dorra [12-05-14]:

    Une vidéo du prototype en action ici : https://www.youtube.com/watch?v=s4Pio_V_zsI

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

ec0d60bf43dd830ed071a08f74ba9d7euu