CurieOzityBus

Vous embarquez dans un bus fantastique qui permet des voyages proches ou lointains, possibles ou impossibles. Rencontrez notre chauffeur-médiateur et son acolyte robotique pour partir à la découverte de Mars et ses contrées escarpées.

Scénario utilisateur

Une personne du genre humain, curieuse de vivre une expérience de voyage scientifique, a eu connaissance de la venue d’un bus fantastique permettant des voyages possibles ou impossibles, lointains ou proches ; la séance du jour étant programmée sur la planète Mars !
Munie de son ticket d’embarquementla personne monte à bord. Elle est accueillie par un agent qui l’invite à s’installer et mettre sa ceinture. Le chef de bord entre et demande la destination à l’ensemble des voyageurs. Selon eux, vers Mars. Mais sont-ils bien prêts ? Heureusement, les passagers du voyage précédent ont laissé des objets parmi lesquels certains seront utiles pour survivre au voyage. Ils sont au nombre de six : des moufles, de la crème solaire, une boussole, des palmes, un sablier et un masque à oxygène. Les passagers vont devoir coopérer pour amorcer leur départ. Il leur faut retrouver les indispensables objets. Mais comment s’en sortir sans connaissance de cet univers lointain ? C’est sans compter sur l’aide d’un correspondant sur place, nommé Curiosity, dit l’acolyte robotique. Détenteur d’importantes données brutes, il est capable d’interagir avec l’équipage du bus. L’interprétation et l’aide du chef de bord leur permet ainsi de reconstituer l’indispensable trousse de survie pour le voyage : des protections contre les UV, contre le froid et de l’oxygène pour respirer.
Aussi, à chaque objet correspond une minitaure symbolique en bois. Il leur suffit de déposer les symboles sélectionnés dans leur trousse de survie sur la console de démarrage.  ATTENTION ATTENTION…. Départ immédiat ! 
Dès lors, le voyage s’amorce… par un décollage depuis Paris avec une vue splendide sur la Tour Eiffel qui s’éloigne petit à petit. Le voyage se poursuit par la traversée des différentes couches de l’atmosphère, le bus arrive alors au milieu des étoiles et passe à proximité d’un astéroïde avant d’approcher la planète Mars. Une fois arrivé, le bus survole la surface de Mars, frôle un ancien glacier… avant de revenir finalement à Paris. 
L’effet immersif est rendu possible par une projection vidéo sur le mur face aux passagers, matérialisant le pare-brise du bus. Synchronisés au système vidéo, des écrans LEDs envoient des lumières d’ambiance sur les murs latéraux, matérialisant ici les vitres du bus.

Objectifs

Au départ il y a une réflexion sur un moyen immersif de voyager dans un monde inconnu et médié sur le principe d’une série TV bien connue des enfants des années 1990, reprise récemment sur Netflix. La projection du projet dans le cadre d’un véritable bus augmenté permettrait de répondre à la problématique du Palais de la Découverte face à sa fermeture prochaine pour travaux en 2020. Sur l’exemple de ce bus réalisé aux USA : https://www.youtube.com/watch?v=X5JTb_7qv78
Associé à une idée de médiateur augmenté capable de mobiliser des données scientifiques disponibles dans une base de données, sur Internet et ainsi donner l’illusion de convoquer des interventions de collègues ou de comparses. Ainsi que la volonté de développer l’implication et l’expérience du visiteur cela aboutit en deux coup de cuillère à pot… enfin de longues heures de discussions et beaucoup beaucoup de facilitation et d’aides d’ingénieux à un voyage ludique, immersif qui permet de rendre le visiteur acteur de son voyage avec d’autres visiteurs.
La question du public cible a vite été évacuée car cela s’adresse à tous types de personnes. L’expérience étant essentiellement visuelle et immersive, la place des publics déficients visuels et mentaux peut être questionnée. Toutefois une ambiance sonore a été intégrée ainsi qu’une contextualisation pour accompagner l’expérience.
L’objectif d’un voyage immersif et ludique était un fil conducteur, il a été challengé par l’envie de s’assurer que la dimension spectacle ne soit pas uniquement l’objectif. 
Plusieurs problématiques ont été réunies au sein du prototype. Au départ le Palais de la Découverte avait deux problématiques pour les museomixeurs : la médiation humaine et le hors les murs (le Palais fermant en 2019 pour travaux et cherchant à poursuivre ses activités hors les murs pendant ce temps). Le bus allie les deux : déplacer la médiation humaine en dehors du palais et même mieux, la rendre non seulement hors les murs mais mobile.
Quitte à répondre à deux problématiques, autant répondre à 3 en cherchant à augmenter le médiateur. Plusieurs moyen à ça : équiper le médiateur d’une tenue augmentée permettant d’embarquer projections et objets de médiation sur soi en mode « inspecteur Gadget » et/ou lui apporter une assistance cognitive au médiateur, via un robot de conversation (chatbot). Le médiateur scientifique se trouve augmenté par les apports des sciences (entrés dans la base de données par des collègues de manière à compléter la médiation dans des domaines où le médiateur n’est pas expert). Le besoin de mobilité du Palais de la Découverte à l’approche de sa fermeture pour travaux / Rendre un exposé plus interactif et immersif / Augmenter le médiateur : lui permettre d’avoir sous la main les informations, objets et supports nécessaires à sa présentation et peut-être même plus / Rendre le visiteur acteur de sa médiation, son exposé
Quelles idées ont été abandonnées ? La projection holographique (ou matérialisation) de la planète afin d’aborder la topographie et la géologie marsienne.

Outils et techniques

Pour  le voyage, le matériel peut être scindé en plusieurs éléments. Le support vidéo  principal est réalisé avec l’équipement vidéo déjà présent dans l’espace choisi  pour l’installation du prototype, à savoir un vidéoprojecteur et son écran afin  de pouvoir projeter la vidéo du voyage. Le son était également assuré par  l’ensemble de haut-parleurs existants. Afin d’augmenter l’effet d’immersion et  pour jouer sur l’atmosphère de la salle, l’équipe de led’s chat nous a mis en  place une frise de dalles led sur l’un des côtés de l’espace. Cette frise  permettait d’ajouter des éléments visuels faisant écho à la vidéo, tout en  créant une ambiance lumineuse supplémentaire. L’animation était déclenchée grâce  à un système arduino relié à l’ordinateur. Pour cela, il fallait que les  visiteurs disposent les 3 objets « nécessaires » au départ pour lancer le film.  Pour ce qui est de l’interface de dialogue avec Curiosity, le chatbot, les  visiteurs pouvaient voir la discussion en temps réel sur un écran de télévision  déjà présent dans la salle. Sur celui-ci était branché un ordinateur avec une  fenêtre de conversation messenger, interface choisie pour l’échange. Messenger  permettait une mise en place rapide à partir de la création du Chatbot sur le  site dialogflow.ai, avec l’ajout possible de média, tel que des images. Autre  avantage, plusieurs écrans peuvent participer à la conversation. Ainsi une  tablette Android pouvait circuler dans le public afin de permettre aux visiteurs  de dialoguer avec le chatbot. Généralement une seule personne remplissait ce  rôle. L’échange a pu également être amélioré en utilisant la fonction Speech to  Text du clavier Android, qui offrait la possibilité de dicter la question à la  tablette, qui la transcrivait automatiquement en texte pour pouvoir l’envoyer à  Curiosity via la conversation Messenger.

sources de la partie Arduino & serveur : https://github.com/chubinou/museomix/tree/master/2017

L'équipe

Chloé Riffault, graphisme
Azéline Billy, contenu
Julie Sollier, médiation
Coralie Galmiche, communication
Juliette Audema, fabricante
Martine Thomas-Bourgneuf, contenu
Aurèle Phelipeau, ingénieux dev, Mosquito (développeur de projets numérique, Chat Bot)
Claire Moïse, facilitatrice
Cédric Bérenger, ingénieux dev, led’s chat (dalle led connectée intelligente)
Guillaume Bonello, ingénieux dev,  led’s chat (dalle led connectée intelligente)
Roméo Nahon, ingénieux dev,  led’s chat (dalle led connectée intelligente)
Mathieu Caralp, ingénieux dev,  led’s chat (dalle led connectée intelligente)
Pierre Lamot, ingénieux dev, VidéoLabs (Arduino, python, VLC)
Nizar Abak-Kali, ingénieux dev, Smile (Arduino)
Muriel Brisac, ingénieuse graphisme (Motion Design)
Vincent Pasquero, ingénieux médiation, Universience (Géologie marsienne)