Musée International de la Parfumerie

Musée International de la Parfumerie

Créé en 1989, Le Musée International de la Parfumerie, unique au monde, s’inscrit sur le territoire emblématique de la ville de Grasse, berceau de la parfumerie de luxe dont la France a été l’initiatrice.

Musée International de la Parfumerie

2 Boulevard du Jeu de Ballon
06130 Grasse

Horaires d'ouverture

Du 11/11 au 13/11 : 10h - 17h30

Terrains de jeu

1/ De Cléopâtre à Coco Chanel : voyage olfactif à travers les époques

Raconter l’histoire du parfum, c’est raconter l’histoire de l’humanité : l’utilisation des matières odorantes est présente à chaque époque et dans toutes les civilisations.
Si les hommes ont toujours utilisé les odorants, leurs applications ont varié selon les époques et les cultures. Chaque civilisation est marquée par des fragrances et compositions particulières : dans l’Antiquité, utilisation de résines et épices ; au Moyen Age, de l’encens et des substances aromatiques ; au XVII et XVIIIème siècles, notes fleuries et bois odorants ; au XIXème siècle, prépondérance de l’eau de Cologne, etc...
Est-il possible d’imaginer une machine olfactive à remonter le temps au travers des siècles et des civilisations ?

2/ Etre « nez », est-ce inné ?

Le parfumeur est à la fois un artiste et un technicien. Son art se dévoile pour soigner, ensorceler, magnifier, nuancer, séduire. La mémoire olfactive est essentielle à son travail et à la base de son art : il doit d’abord connaître les matières premières, analyser, s’exercer à disséquer une odeur et se forger une mémoire parfaite des corps déjà sentis afin de se constituer une palette. Gamme, notes, accords, composition, orgue à parfums : l’univers du musicien et celui du parfumeur sont souvent comparés. Comme un morceau de musique, un parfum vibre en nous et éveille nos souvenirs enfouis. Aussi soudain qu’un son, la force de l’émotion a la même emprise sur les êtres. Comme la musique, le parfum fait parler le silence...

3/ La chimie... c’est pas sorcier !

Extraction au CO2 supercritique, Head Space, solvants volatiles, chromatographie, composé moléculaire olfactif, Cis-3-Hexenol... autant de mots « barbares », difficiles à appréhender pour un public non-initié.
Aujourd’hui, la chimie compose en moyenne 90% des parfums. Chaque année apparaisse une dizaine de composés chimiques nouveaux et les laboratoires sont toujours en quête de technologies innovantes.
Comment rentre ludique la découverte des nouveaux procédés d’extraction permettant de passer de la plante à l’odeur ?

4/ La parfumerie de demain

Le parfum est partout ! Le parfum s’est démocratisé à grand échelle et a envahi toute la sphère sociale.
Tout se parfume et l’aromatique alimentaire se développe : sentons-nous un goût ou goutons-nous un parfum ?
Selon les pays, on se parfume aussi différemment, selon l’héritage culturel, le climat, les habitudes corporelles... : au Royaume-Uni, on porte volontiers la lavande, la rose ou la violette ; au Japon, on préfère les eaux légères à base de thé vert, pêche et fleur de cerisier.
Quelles sont les nouvelles possibilités d’évolution de la parfumerie ? La parfumerie du XXIe siècle sera-t-elle naturelle et responsable ?

5/ Emballage, emballages...

Le défi des maisons de parfumerie des XX et XXIème siècles est de maintenir l’élégance du produit face à la production industrielle de masse. Elles font appel, pour le flacon, à des designers chargés de traduire en bouteille l’univers d’une marque et l’identité du parfum. Leur rôle est donc significatif, à eux de jouer sur les caractéristiques et le packaging du parfum pour donner envie d’adopter la fragrance.
Bois, plastique, verre, bakélite, cuir, tissu, papier, carton, métal, céramique... Les évolutions technologiques de l’époque contemporaine ont apporté de nouveaux matériaux et des possibilités inédites aux designers.

Édition 2016

L'équipe

Laurène Bertrand
Claire Palué
Noëlie Malamaire