Cooleurs

Le visiteur plonge dans un bain monochromatique, et découvre un univers bleu sens dessus dessous. Les oeuvres sont disposées de manière inhabituelle, chamboulant son appréhension de la spatialité et modifiant sa perception de l’art et l'émotion que celui-ci génère. Le visiteur perd ses repères et réflexes muséauxl : l’émotion prend le pas sur le contenu.

Scénario utilisateur

Le choix du projet s’est limité au bleu mais le dispositif est pensé à plus grande échelle, dans une succession de salles tour à tour bleue, rouge, jaune… Le visiteur entre dans un « sas », un caisson noir dans lequel se déclenche un dispositif en sa présence. Notre visiteur est alors immergé dans un bain monochromatique, dont l’intensité va en grandissant jusqu’à saturation. Puis il ressort du caisson pour pénétrer dans une salle du musée bleue et enfile des lunettes de type Cardboard 3D. Il va alors découvrir une nouvelle forme « d’accrochage », de présentation des œuvres : au sol, sous ses pieds (protégées par du verre secure), au plafond (suspendues à des hauteurs différentes). Plusieurs choix s’offrent à lui : il peut déambuler debout, en marchant sur les œuvres, ou au contraire en les évitant ; en les découvrant de sa hauteur, ou en se penchant sur elles, voir en se mettant à genoux pour mieux les approcher; en s’allongeant sur un grand espace central de type sofa géant qui l’accueille confortablement. Le but des lunettes ?  Faire ressortir de chaque œuvre tous les pixels de bleus en 3D : la couleur vient au « contemplateur », l’envahit, il est immergé.

L’objectif de ce dispositif mêlant monochromie 3D et accrochage hors normes est de déstabiliser le visiteur, de rompre ses habitudes. Sa perception visuelle des œuvres, son appréhension physique de la salle en sont modifiées. Le dispositif final serait également de mettre en éveil les autres sens : des sons seraient intégrés à chaque tableau, voire des odeurs (?)… Une option supplémentaire serait d’apporter des contenus sur la couleur dans l’histoire de l’art et sociale, adaptés aux divers publics.photo 1

prototype 2 – cooleurs

Objectifs

La thématique imposée était l’expérience d’immersion au musée. L’intention première, à partir des réflexions récupérées du jeu Bingo, était de faire entrer le visiteur dans l’univers d’une oeuvre en le reliant à son quotidien, au moyen d’une recontextualisation virtuelle, par une stimulation sensorielle.

Cette réflexion a amené à un débat : émotion et/ou contenus ? Statue archéologique emblématique d’une histoire locale ou peinture représentative de l’histoire de l’art ?

Notre discussion nous a amené à choisir la peinture et la couleur car elles nous semblent de meilleurs vecteurs d’émotions et d’éveil des sens, sans passer de prime abord par le savoir.

Le concept établi, place à la réalisation: construction d’un caisson et/ou utilisation d’une salle ? oeuvres réelles ou virtuelles ? couleur ou couleurs ? technologie(s) utilisée(s) ?

Les contraintes: impossibilité de manipuler et déplacer les oeuvres / difficulté d’introduire un caisson de 6m3 dans une salle du musée…

Le projet final, rassemblant anti-chambre monochromatique et salle d’exposition avec utilisation d’une cardboard 3D, n’était pas réalisable en tant que prototype. Nous avons donc opté pour un caisson immersif qui comprend à la fois le sas (bain monochromatique) et la salle, pour le coup virtuelle.

L'équipe

Myriam Ernst, facilitation

Magali Asseo, fabrication

Lise Lambinet, médiation

Daniel Dall’Agnolo, médiation

Denis Rohrer, contenus

Sylvain Dromain, communication

Andrea Rovescalli, codeur